Articles·Famille

Pour le pire…et le meilleur : la parole au conjoint accompagnant

J’ai rencontré ma femme, « ma perle d’étoile », en 2011, il y a presque 8 ans. Cela a été un vrai coup de foudre, l’amour de ma vie. Nous nous sommes mariés en 2013 et avions le désir d’avoir un enfant, malgré un diagnostic d’insuffisance ovarienne profonde. Nous avons « aidé » en ce sens, et n’aurions pas dû le faire. Ma femme m’est très précieuse et elle est aussi très fragile : la fausse couche l’a anéantie… La conviction d’un magnifique heureux évènement à venir dans 7 mois s’est transformée en cataclysme. En 2014, le monde s’est effondré sous nos pieds : coup sur coup, deux ou trois millimètres de coeur qui ne bat plus, puis le cancer du sein, 3 mois plus tard, m’ont mis KO…

Mais je suis son homme, je l’aime, je me devais d’être fort, de surmonter ma propre peur et mes angoisses. Je me devais de lui dire : « je suis sûr que tu ne vas pas mourir ». Et c’était incroyablement dur, parce que je n’avais aucune solution à lui apporter. A l’époque je n’avais aucune connaissance en matière de santé. Je savais juste que je ne savais rien… Alors j’écoutais, je cherchais, je l’accompagnais, je lisais, j’essayais de l’aider du mieux possible.

Nous les hommes, avons besoin de nous sentir utiles, c’est très dur d’être confronté à la souffrance et au mal-être dans l’impuissance. Cela nous aide beaucoup que l’on nous donne des taches précises par lesquelles nous pouvons aider et nous sentir efficaces. Ca me faisait du bien de lui acheter ses légumes bio, lui préparer ses jus, l’accompagner à tous les rendez-vous médicaux, lui commander des pilules Beljanski, jeûner avec elle avant les séances de chimiothérapie, travailler à terminer les travaux de notre maison pour qu’elle se sente bien, la retrouver chaque midi pour déjeuner ensemble et marcher en forêt comme nous le faisons toujours…

Mais au fond je crois que ce dont elle avait le plus besoin, c’était juste que je reste là près d’elle, sans rien faire, juste lui tenir la main et lui montrer que je l’aimais sans cheveux, sans cils… Etre là pour elle. Elle pouvait compter sur moi pour être encore et encore, là, à ses cotés.

Les jours suivant les séances de chimiothérapie ont été les plus difficiles, voir la femme qu’on aime affaiblie, épuisée, en pleurs parfois juste parce qu’elle ne sait pas quoi faire de son corps, d’elle-même, et qu’on est là, impuissant, à côté d’elle. On voudrait juste que tout ça s’arrête, ne plus avoir à l’accompagner à ces séances censées la guérir et qui semblent la détruire. Et pourtant il faut continuer à la motiver, pour lui donner la force, à elle, d’endurer tout cela et même de l’envisager positivement pour optimiser l’efficacité des traitements.

Notre amour m’a donné la force de tenir et d’avancer. Et aussi sa détermination à elle, sa confiance en cette santé qu’elle était en train de reconstruire pas à pas, grâce à une approche globale, en plus des soins reçus. Finalement nous avons traversé ces épreuves positivement, notre amour est resté vibrant et s’est même renforcé. J’ai presque l’impression que nous avons guéri d’un cancer ensemble. 

Si je devais donner quelques conseils à un conjoint accompagnant (ou soeur, parent, ami…) :

✅ Faites attention aux mots utilisés. Les mots sont tout. Des armes, des boucliers, des aliments, des médicaments, des émotions… Pas d’attaques, pas de défense, et ce n’est pas le moment d’enseigner quoique ce soit… Oui, prenez simplement le temps d’écouter avec amour et empathie sans forcément chercher à apporter des solutions.

✅ Autorisez-vous à être triste si vous l’êtes, exprimez ce que vous ressentez, soyez authentique dans vos émotions, c’est surtout cela qu’elle attend.

✅ Soyez un soutien positif lorsqu’elle fait ses choix. Que ce soit un choix thérapeutique ou le désir d’adopter de nouvelles habitudes alimentaires qui deviennent, du jour au lendemain, votre quotidien : eh bien….dites oui ! Suivez-la et montrez-lui que vous avez confiance. Son esprit est positif lorsqu’elle met en pratique ce en quoi elle croit, alors, soyez positif, vous aussi, et encouragez-la.

Aujourd’hui ma femme a retrouvé la santé et a choisi de développer ce blog pour aider les femmes confrontées au cancer à devenir actrices de leur guérison. Elle fait un travail énorme, je la trouve extraordinaire… même si elle travaille trop à mon goût. Je continue aujourd’hui à être là pour elle et à faire de mon mieux pour l’assister dans les taches quotidiennes, l’encourager lorsqu’elle doute et lui montrer que je l’aime et que je crois en elle ❤️

Pascal Prenveille

Je remercie mon mari d’avoir mis tout son coeur dans ce témoignage et je suis très émue de pouvoir lire son ressenti. Je me rends compte que durant toute cette période, tout le monde s’est essentiellement focalisé sur moi, la « malade ». En réalité je pense que c’est peut-être encore plus dur pour les proches (conjoint, parents, enfants) car, malgré toute l’aide et l’amour qu’ils nous apportent, la guérison échappe totalement à leur contrôle. Et c’est bien souvent seuls qu’ils doivent faire face à leurs angoisses et leurs doutes. Mon mari a tout fait pour rester « fort » et formidable, et j’éprouve une immense gratitude pour sa présence à mes côtés et pour son amour qui ont joué le rôle le plus important dans ma guérison ❤️