Articles·Témoignages de guérison

Frédéric Burri, 14 ans après son « burn out »…

Aujourd’hui j’ai à coeur de partager le témoignage de quelqu’un qui m’a beaucoup aidée dans mon parcours de retour vers la santé. En effet, comme celles et ceux qui suivent ce blog le savent peut-être déjà, une des méditations guidées de Frédéric Burri (« Nettoyage énergétique rapide »), qu’il distribue gratuitement et généreusement sur sa chaine YouTube, m’a accompagnée presque chaque jour jusqu’à ma guérison. Mon but étant de mettre à la disposition du plus grand nombre les outils qui m’ont été les plus utiles et les plus efficaces dans mon propre parcours de retour vers la santé, j’ai contacté Frédéric et il a gentiment accepté à la fois de répondre à cette interview pour les lecteurs du blog et de collaborer avec moi sur un important projet dont je vous reparlerai prochainement.. 😉

Lorsque je demande à Frédéric de se présenter il me répond en toute simplicité :

J’ai 38 ans, je suis en couple, sans enfant. Actuellement, je suis indépendant et je vis humblement de ma passion qui est la méditation, en animant des stages et en proposant des formations et des outils en ligne autour de la méditation et de la pratique spirituelle en général.

Dans quelles circonstances ce burn out s’est-il déclenché ? Quelles en ont été les conséquences ? Qu’avez-vous ressenti ? 

Le burn out est survenu alors que j’étais employé au sein d’une grande banque suisse. C’était en 2006 et j’avais 24 ans. Une année auparavant, j’avais obtenu un diplôme d’une haute école dans le domaine de l’économie et la dernière année d’études s’était déroulée avec beaucoup de stress. Je travaillais déjà à temps partiel dans le même institut bancaire parallèlement à mes études, ce qui me prenait beaucoup de temps et d’énergie.

D’une nature anxieuse et bileuse depuis l’enfance, je me mettais beaucoup de pression pour être performant et « réussir », tant dans les études que dans le domaine professionnel. Je dirais que les circonstances extérieures n’ont pas été la cause de mon stress, mais qu’elles en ont été plutôt des facteurs aggravants. Les principaux facteurs de stress étaient surtout internes ; ils prenaient racine dans ma propre structure psychologique, mentale. Ma nature anxieuse, de même que mon manque de confiance en moi et l’image négative que j’avais de moi-même, étaient à l’origine de beaucoup de névroses, de schémas de contrôle et de conflits psychologiques. Intensifiés sur une période d’environ deux années, ce sont ces facteurs psychologiques qui ont été responsables du stress chronique qui m’a mené au burn out. L’influence de ce « moi » répressif était devenue énorme, au point que tout ce que je faisais ou disais était constamment jugé, analysé, avec un sentiment de culpabilité et de dévalorisation sous-jacent.

Jusqu’au jour où j’ai fait une violente crise d’angoisse. Ce fut en fait une crise de surmenage. Le corps qui, jusque là, compensait tant bien que mal, n’en fut plus capable. Ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase et qui déclencha énormément de symptômes physiques de décompensation : vertiges, troubles digestifs, maux de têtes, angoisses à l’endormissement, apnées du sommeil, tensions et raideurs musculaires, éréthisme cardiaque, crises de tachycardie, etc. Autant dire que j’étais au plus mal physiquement.

Le corps avait « disjoncté » et, en conséquence, mon apparence physique commença à trahir extérieurement le chaos interne que je vivais. Je perdis mes cheveux et mon visage se creusa rapidement. Je ne pouvais plus faire illusion. On voyait bien que j’allais de plus en plus mal et le fait de savoir que cela se voyait me mettait très mal à l’aise.

Cela a bien sûr contribué à intensifier mes mécanismes de défense et à détériorer un peu plus l’image que j’avais de moi-même, dans une sorte de spirale infernale. Je me souviens encore de ce profond mal-être qui était le mien au réveil, et toute la force qu’il me fallait déployer pour débuter ma journée. J’ai donc dû me résoudre à l’évidence que ça ne pouvait tout simplement plus durer ainsi. Le corps m’avait montré mes limites… et je ne pouvais faire autrement que de les respecter. 

Quel protocole médical vous a t-on proposé et quels choix thérapeutiques avez vous effectués ?

À cette époque on ne parlait pas encore énormément du burn out, et je pense que même si mon médecin de famille avait été au courant de cette problématique, il n’aurait pas forcément fait le lien avec ce qui m’arrivait vu que je n’avais que 24 ans et que j’avais toujours été jusque là en parfaite santé. Voyant tout de même que je ne jouais pas la comédie, il me proposa de me mettre en arrêt de travail et de me prescrire des anxiolytiques.

J’ai accepté le premier avec soulagement, mais j’ai refusé les seconds, sentant peut-être intuitivement que cela ne réglerait pas mes problèmes et qu’il me fallait chercher ailleurs. Sur conseil de ma maman, je suis allé consulter un psy, mais l’expérience ne fut pas du tout concluante. Dès la première séance, il m’a comparé à une voiture qui, avec l’âge, avait subit les outrages du temps. Autrement dit, il cherchait à me faire comprendre qu’il fallait accepter de vivre avec des symptômes qui, pour lui, étaient simplement dus au processus de vieillissement du corps. Je rappelle que je n’avais alors que 24 ans…! Consterné, je n’y suis jamais retourné, et cette expérience me dissuada de poursuivre avec la psychanalyse… 

Avec le recul, je peux dire que j’ai été très mal conseillé et très mal accompagné. Le fait de ne pas comprendre rapidement les causes de mes problèmes en « rajouta une couche », si je puis dire. Mais cela devait se passer ainsi, car je devais aller chercher par moi-même… 

Quels changements de mode de vie avez-vous entrepris ?

J’étais résolument motivé à comprendre ce qui m’arrivait et comme les explications de mon médecin de famille et celles du psy ne m’avaient pas du tout convaincues, j’ai commencé à faire mes propres recherches, dans les livres, sur internet.

J’ai commencé par m’intéresser tout d’abord à l’alimentation, réalisant que je mangeais vraiment n’importe comment.

De fil en aiguille, mes recherches m’ont mené vers l’énergétique, la spiritualité. Je me découvris un réel intérêt pour ces domaines qui, avant mon burn out, m’avaient toujours laissé complètement indifférent.

En parallèle à mes recherches, j’ai testé plusieurs thérapies alternatives. Rien ne semblait m’aider vraiment. En revanche, les discussions que j’avais avec les thérapeutes m’éclairaient sur les causes psychologiques de mes troubles.

Je dois aussi mentionner ma rencontre avec le Pouvoir du Moment Présent d’Eckhart Tolle, qui fut une véritable révélation pour moi. Je me souviens que je tremblais comme une feuille à la lecture de l’introduction de son ouvrage, non seulement parce que j’avais l’impression que c’était ma propre histoire qu’il racontait, mais aussi et surtout parce que j’avais l’intime conviction que ce livre que j’avais entre les mains détenait la solution à tous mes problèmes. Quatorze années plus tard, au moment où je réponds à vos questions, je ne peux que confirmer que ce ressenti était totalement juste… 🙏

Début 2007, la rencontre avec le Dr. Tal Schaller fut le déclencheur de beaucoup de changements positifs. Il fut le premier médecin (il était alors encore médecin généraliste et consultait à Genève à cette époque…) à vraiment me donner l’impression de m’écouter et surtout de me comprendre, alors que jusque là j’avais plutôt eu l’impression d’avoir été analysé à travers une simple « grille de lecture » académique. Il m’avait fait cadeau de plusieurs livres et me donna quelques exercices de défoulement émotionnel qui m’ont beaucoup aidé à évacuer les tensions corporelles accumulées au fil des ans et à libérer ainsi mon système nerveux des émotions bloquées qui en perturbaient le fonctionnement.

Quels ont été les résultats obtenus ?

J’ai mis beaucoup de temps à restaurer un meilleur état de santé. Le burn out aura vraiment chamboulé mon corps et ses différents systèmes, tant sur le plan physique qu’énergétique. J’aurais voulu que les choses se remettent bien plus rapidement, mais ce ne fut pas le cas. Cela m’aura permis d’apprendre la patience et l’acceptation, et la méditation y aura largement contribué.

J’ai commencé à m’y adonner grâce à l’ouvrage d’Eckhart Tolle, qui y partageait quelques exercices simples à pratiquer. J’ai découvert une véritable passion qui déclencha également chez moi un profond besoin d’en savoir plus et d’aller plus loin, beaucoup plus loin !… C’est sous l’effet de cette impulsion très forte que j’ai commencé à étudier l’ésotérisme et les grandes traditions religieuses, tout en expérimentant en parallèle plus profondément la pratique de la méditation.

Ce fut le début de tout un cheminement spirituel qui dure depuis 14 ans maintenant. Si aujourd’hui je me suis en grande partie réconcilié avec moi-même et que ma santé se porte beaucoup mieux, c’est en très grande partie à la méditation que je le dois.

La méditation m’aura permis d’aller « soigner le mal à la racine », c’est-à-dire dans ma propre conscience, en allant y extraire les formes d’identification à ce « faux-moi » contrôlant et répressif qu’est l’ego.

Le travail n’est bien sûr pas terminé et le mystique dans l’âme que je suis sait que la traversée de sa « nuit noire » n’est pas encore terminée. Mais qu’importe, car le fait d’avoir intégré pleinement que le but est le chemin lui-même, rend le cheminement beaucoup plus léger, joyeux et paisible… 

En quoi pouvez-vous dire que cette « crise »  a joué un rôle positif dans votre existence ?

La souffrance aura été un réel moteur, me motivant à comprendre et à me libérer intérieurement de ses causes réelles. Ainsi, aujourd’hui, avec le recul permis par toutes ces années de cheminement, je considère que cette crise existentielle aura été une véritable opportunité pour moi, bien que sur le moment je ne voyais évidemment pas les choses sous cet angle. En effet, non seulement j’ai pu me retrouver vraiment, mais j’ai pu aussi et surtout découvrir ma voie, celle sur laquelle je suis aujourd’hui toujours aussi passionnément engagé. 

A quoi consacrez-vous votre vie aujourd’hui ? 

À cette voie spirituelle précisément ! Je m’y épanouis tant en pratiquant la méditation pour moi-même qu’en la partageant avec ceux qui sont motivés à l’apprendre. 

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à une personne actuellement confrontée au burn out ? 

Je lui conseillerais d’admettre la possibilité que ce burn out ne lui est pas « tombé dessus » par hasard et de le voir comme un cri d’alarme de son âme qui lui dit qu’elle n’a pas été suffisamment écoutée jusqu’ici.

Je dirais aussi à cette personne que si elle se donne les moyens d’aller à la découverte d’elle-même, de ce qu’elle veut vraiment, ce burn out pourrait bien être le point de départ d’une nouvelle vie, plus en phase avec elle-même, sur SON chemin à elle, celui qui lui correspond vraiment et sur lequel elle pourra s’épanouir véritablement.

Je lui dirais encore qu’aller vers ce renouveau ne peut se faire sans accepter de profonds changements, tant dans le domaine professionnel que relationnel. C’est un passage obligé qui est d’autant plus facile à traverser que l’on réapprend à se faire confiance, à lâcher prise et à s’ouvrir à l’inconnu. Le processus du changement s’apparente parfois à un « saut dans le vide, sans filet », mais il faut savoir que la nature à horreur du vide et que ce vide, elle le comble toujours rapidement, et ce d’autant plus vite que la personne lâche prise et (se) fait confiance justement 🙌

Merci à Frédéric pour avoir accepté de témoigner avec autant de gentillesse et de sincérité. Ce témoignage nous montre une fois de plus que la Lumière existe au bout du chemin et que, quelles que soient les épreuves traversées et les « impasses » dans lesquelles notre chemin de vie semble nous mener, un « après » est toujours possible, un « après » qui peut même être « mieuxquavant »…🙏 🌟

Vous pouvez en savoir plus sur le travail de Frédéric Burri en cliquant sur les liens suivants 👇

▶︎ Son site principal : https://fredericburri.com


▶︎ 21 jours vers la pleine conscience sur le site Boost’ton énergie : https://boostetonenergie.com

😇 Ce programme d’une qualité exceptionnelle réalisé par Frédéric Burri en collaboration avec le site Boost’ton énergie est actuellement distribué gratuitement 🙏 Il inclut un Livret téléchargeable sur la méditation de pleine conscience, un Protocole avec 21 méditations guidées audio d’environ 15 minutes chacune et la possibilité de participer gratuitement à un Défi de 21 jours sur le site Boost’ton énergie (je vous en dirai plus prochainement à propos de ce site…😉)

Programme 21 jours vers la pleine conscience actuellement offert sur www.boostetonenergie.com

⚠️ Les témoignages de cette rubrique relatent des expériences personnelles. Il s’agit d’interviews réalisées « sur parole » et ne donnant bien évidemment lieu à aucune vérification de données d’ordre médical. C’est la raison pour laquelle je demande aux personnes qui témoignent de fournir une adresse email de contact (ou de site internet) qui est publiée en fin d’article. Ces témoignages ne doivent en aucun cas être pris comme exemple sans un avis et un suivi médical, chaque cas étant différent. Le but de ce blog est de partager des informations et des expériences et surtout de DONNER ESPOIR. Chacun reste bien évidemment responsable de l’interprétation et de l’usage qu’il en fait. Vos témoignages sont les bienvenus.

Un commentaire sur “Frédéric Burri, 14 ans après son « burn out »…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s