Articles·Psychologie positive

Pourquoi j’arrive pas à tenir mes résolutions ?

Les principales difficultés auxquelles nous nous heurtons tous pour atteindre nos objectifs sont la résistance au changement et la force de l’habitude. 

Une bonne habitude est un comportement récurrent qui nous rapproche de nos objectifs tandis qu’une mauvaise habitude est une manière inconsciente de faire les choses qui nous éloigne de nos objectifs.

Parfois on tombe sur un livre de développement personnel vraiment intéressant, on assiste à une formation inspirante ou on sort du cabinet d’un excellent thérapeute en se disant : « Ce truc est vraiment génial ! C’est la solution à mon problème ! »

Et pourtant, même si d’un point de vue intellectuel, on est convaincu de la pertinence de la méthode ou du concept, de là à mettre en pratique au quotidien, il y a un pas énorme…

Et c’est comme ça que des années plus tard, on a parfaitement compris d’où venaient nos problèmes, dépensé pas mal d’argent en stages, séminaires, soins et thérapies diverses, essayé pas mal de pistes, mais à chaque fois notre « naturel » a repris le dessus et nous en sommes toujours au même point, avec les mêmes blocages, les mêmes schémas qui se répètent… et leur lot de souffrance et de mal-être…

Tant qu’on ne met pas en pratique au quotidien ce que l’on a appris et que l’on ne change pas sa manière de faire, il est impossible d’obtenir des résultats différents dans sa vie. En faisant les choses à ma façon j’obtiens forcément toujours les mêmes résultats…et ce, malgré mes bonnes intentions et résolutions…car ma façon est ce qui m’a amenée précisément là où j’en suis aujourd’hui…😂

Alors, pourquoi est-ce si dur de faire quelque chose autrement qu’à sa façon ? Tout simplement parce que tant qu’on ne re-programme pas son subconscient, rien ne change. Absolument rien.

✔️ Lorsqu’on vous enseigne une théorie, on s’adresse à votre conscience.

✔️ Lorsqu’on vous transmet des outils, on s’adresse à votre conscience.

✔️ Mais lorsqu’il s’agit de changer vos habitudes, c’est à dire de faire quelque chose différemment et de tenir dans la durée, là, c’est votre subconscient qui est aux commandes.

Et ce n’est pas avec l’intellect que l’on donne des ordres au subconscient. Le subconscient agit en fonction de programmes dont la plupart se sont mis en place dans la petite enfance, par l’habitude et la répétition, en lien étroit avec nos émotions les plus intenses. Ces programmes sont inscrits dans notre cerveau sous la forme de circuits neuronaux qui sont comme des rails sur lesquels nous nous engageons en pilote automatique et qui, à force d’être empruntés, finissent par constituer notre « personnalité ». Ce mécanisme, au cœur de tout processus d’apprentissage, nous prédispose à reproduire et à renforcer progressivement les schémas de pensée et de comportement (patterns) antérieurs.

En réaction à chaque situation qui se présente, le cerveau a tendance à privilégier la réponse par un programme existant (habituel), car c’est ce qui lui demandera le moins d’opérations mentales possibles, donc un minimum de dépense énergétique. Sur le plan chimique, toute information qui conforte nos habitudes est interprétée comme rassurante et sécurisante et s’accompagne d’une sécrétion de dopamine, l’hormone du plaisir. A l’inverse, toute invitation au changement et à la remise en question sera perçue comme désagréable, déstabilisante, et aura tendance à être écartée par divers systèmes de défense. 

D’autre part, notre manière d’agir repose toujours sur des croyances racines profondément inscrites dans notre inconscient, dont certaines sont limitantes et inadaptées à la personne que nous souhaitons être aujourd’hui. Ces croyances limitantes sont la source de l’auto-sabotage. Consciemment on désire atteindre un but, mais inconsciemment on se dirige ailleurs, parfois vers l’inverse de ce que l’on prétend rechercher. Nous sommes tous concernés par ce manque d’alignement et de cohérence, et c’est pourquoi la plupart des gens, en fin de compte, n’évoluent que très peu au cours de leur vie et reproduisent les mêmes schémas inefficaces tout en se désolant de ne pas obtenir des résultats différents…

Croyances limitantes

Changer ses habitudes revient à transformer sa personnalité. C’est la raison pour laquelle peu de personnes y arrivent vraiment. Il faut une dose importante de volonté, de détermination et de courage… et la plupart des gens ne le font qu’en situation d’urgence et de crise, lorsqu’ils n’ont pas d’autre choix et qu’une épreuve de vie bouleverse leurs routines en les obligeant à sortir de leur zone de confort.

Alors, lorsque vous avez un plan d’action et le désir réel de changer quelque chose dans votre vie, il ne suffit pas de « comprendre », de « vouloir » et de disposer des bons outils, il faut surtout trouver un moyen de reprogrammer votre subconscient pour atteindre un état optimal d’alignement des pensées et des actes. 

A force de chercher à aider mes clients à atteindre le plus efficacement possible leurs objectifs, j’ai découvert qu’il y a trois manières de reprogrammer son subconscient :

  • La répétitionutilisée en thérapie comportementale, elle agit sur la plasticité cérébrale. On s’efforce un nombre suffisant de fois de faire quelque chose de nouveau, qui au début nous semble peu naturel et requiert un effort de volonté, et au bout d’un moment (il faut en moyenne 21 jours pour frayer de nouvelles voies neuronales) cela finit par devenir une nouvelle habitude. En résumé, au début on se force, on fait « comme si » on avait envie alors qu’on n’a pas du tout envie, et au bout d’un certain temps on finit par le faire naturellement…C’est une des techniques que j’utilise avec mes clients sous la forme d’un Motivateur (ils reçoivent chaque soir le lien vers une page web privée protégée par un code secret avec les différents points de leur plan d’action quotidien : ils n’ont qu’à cocher ce qui a été fait et appuyer sur « envoyer ». Ce simple engagement maintient leur motivation pendant les 21 premiers jours, lorsque les résolutions sont les plus difficiles à tenir car le cerveau n’est pas encore « cablé » pour).

 

  • L’hypnose : le problème est d’une part que tout le monde n’est pas réceptif et d’autre part que le subconscient n’accepte pas n’importe quels ordres, seulement ceux qui sont alignés sur l’idée que nous nous faisons de notre identité à un niveau subtil. C’est pourquoi l’hypnose doit être associée à un travail de développement personnel et d’auto-suggestion par adoption de croyances alternatives choisies en conscience en remplacement des croyances limitantes.

 

  • La libération des blocages énergétiques : nos émotions désagréables (colère, peur, angoisse, tristesse, etc.) sont les signaux qu’une énergie bloquée demande à être libérée. Un thérapeute énergéticien peut nous aider momentanément à nous sentir mieux, mais tant que nous n’avons pas pardonné nos culpabilités inconscientes et ramené nos « zones d’ombre » à la lumière et à l’amour, nous revenons automatiquement vers les mêmes fréquences. Exactement comme lorsqu’on va consulter un ostéopathe pour un « blocage » physique. Le praticien peut nous « remettre en place » et nous offrir un important soulagement immédiat, mais c’est à nous qu’il revient ensuite de changer au quotidien notre posture, faute de quoi, fatalement, nous récidivons… De la même façon, notre champ énergétique est le reflet exact de la manière dont nous nous percevons à un niveau subtil. Et ce que nous « émettons » détermine les résultats que nous obtenons dans notre vie (quelles que soient nos « résolutions » conscientes). La technique du « Retournement de perception » permet, à partir d’une situation émotionnellement forte déclenchée par une personne ou une circonstance extérieure, de libérer la croyance erronée et la culpabilité inconsciente qui est en jeu. A force de pratiquer cette technique de guérison par le pardon spirituel, notre fréquence vibratoire augmente et nous gagnons en alignement, ce qui nous aide à mieux tenir nos résolutions et avancer naturellement vers nos objectifs.

En conclusion, pour tenir ses résolutions et réussir à atteindre ses objectifs, il est nécessaire de s’affranchir des conditionnements : au lieu de subir des programmes inconscients qui nous empêchent d’atteindre nos objectifs, il est possible de se re-programmer en conscience en fonction de la personne que l’on choisit d’être !

Je partage avec vous cette courte vidéo de Prince Ea que je trouve vraiment très inspirante 🌟

Plus d’informations sur le coaching en développement personnel sur le site Harmonie Coaching

8.png

Articles·Spiritualité·Thérapies alternatives

Cancer et spiritualité : de l’ombre à la lumière

J’ai envie d’aborder aujourd’hui un sujet qui me tient particulièrement à coeur, celui de la dimension spirituelle de la guérison. Par « spirituelle » je n’entends ni secte, ni religion, mais simplement cette quête de lien qui préside à notre existence et nous pousse à dépasser notre individualité – notre ego – pour rechercher la connexion avec d’autres êtres et d’autre formes de vie jusqu’à se reconnaitre en elles 💛

La spiritualité est ce qui nous relie à quelque chose de plus élevé qui s’accomplit à travers nous et se poursuit au delà de nous. Elle est re-connaissance du lien qui nous unit aux autres, à la nature, aux animaux, à nos cellules, à la terre, au soleil, à tout ce qui vit et qui vibre dans l’univers. L’intelligence aimante et organisatrice à l’oeuvre dans l’uni-vers (qu’on l’appelle « énergie », « Dieu », « souffle de vie » ou encore « Âme du monde »…) est l’essence même de notre âme. Notre ego au contraire, croit en la séparation et en l’individualité. Sa perception est limitée par les sens qui le maintiennent dans l’illusion d’un monde séparé. S’imaginant en compétition avec les autres pour satisfaire ses propres besoins, il connait le manque, le doute, la peur et l’insécurité. L’âme est notre nature véritable, elle ne connait ni peur, ni manque, ni doute, elle est complétude, amour et puissance créatrice illimitée. Tout le drame de l’aventure humaine n’est que l’expression douloureuse de ce conflit entre individualité et universalité qui se rejoue à chaque instant. Lire la suite « Cancer et spiritualité : de l’ombre à la lumière »